enfants

Le développement de l’enfant par le jeu

Jeux enfants

Cet article a pour objet de comprendre les bienfaits du jeu chez l’enfant :

 

Quel est le principe du jeu ?

Pourquoi le développement de l’enfant et le jeu sont-ils liés ?

        1. les premières années,
        2. les jeux symboliques,
        3. le partage dans le jeu,
        4. les jeux éducatifs

Comment jouer avec son enfant ?

 

Introduction

L’enfant aime jouer et chez lui, c’est même naturel !

Le jeu est essentiel pour l’enfance car c’est par cette activité que l’enfant se construit.

Nous savons que ce plaisir est un besoin pour bien grandir et découvrir le monde qui l’entoure. En effet, quand l’enfant joue, les neurones travaillent pour se connecter et enregistrer les acquisitions. Il est essentiel pour le développement de l’enfant à la fois au niveau éducatif, cognitif et affectif.

Jouer est un plaisir pour tous les petits mais c’est également une nécessité. L’enfant a besoin de jouer pour acquérir des habilités, pour découvrir et comprendre le monde. Le jeu est à la fois une activité sérieuse et qui repose du sérieux.

 

Le principe du jeu

Donc le jeu offre de réels avantages pour l’enfant et cela sur tous les axes de développement de l’enfant : éducatif, sensori-moteur, cognitif, social et enfin thérapeutique.

Le jeu permet l’acquisition et le développement des habilités à la base de l’apprentissage scolaire et langagier, de l’imagination et à catégoriser et résoudre des problèmes.

Dans le jeu, ce n’est pas le jouet qui compte mais c’est plutôt le rapport à l’objet qui importe. Donc ce n’est pas seulement le jeu structuré qui compte car le jeu libre est aussi avantageux pour l’enfant.

Donc, par le jeu, l’enfant explore et expérimente son monde mais pas seulement.

Le jeu a aussi un aspect thérapeutique. En effet, il donne la possibilité d’exprimer les angoisses liées au quotidien, au stress, à des conflits internes ou familiaux, à un traumatisme etc. L’enfant met dans le jeu ses émotions, ses inquiétudes. Une mise à distance par le jeu permet le dépassement et la transformation de ses appréhensions.

C’est par le travail de symbolisation que le jeu permet de lier un affect et sa représentation. C’est donc l’occasion de dépasser puis transformer une angoisse.

 

Le développement de l’enfant et le jeu

L’enfant passe par différentes phases de jeu au cours de son développement.

Dès les premiers âges, le nourrisson va d’abord apprendre à explorer son corps. Il va, par la suite, explorer les autres et enfin découvrir son environnement.

Les premiers jeux du nourrisson sont solitaires. Et au fur et à mesure que l’enfant grandit, sa façon de jouer va également évoluer, se modifier. Le jeu va progressivement s’ouvrir aux autres et à l’environnement.

 

Les premières années et les tout-petits

Si on revient vers les premières années, le nourrisson découvre son corps et les objets qui l’entourent. Le tapis d’éveil, les différents objets de formes et de couleurs variées et faciles à saisir représentent l’espace de jeu des bébés. Il apprécie également les visages des personnes. Cette découverte sensorielle par le contact, le tapis d’éveil, les hochets, les boites à musique développe la réactivité du nourrisson.

Le jeu du cache-cache du tout petit, de l’enfant est par excellence un jeu symbolique. Il met en scène la capacité à supporter la séparation en se représentant l’absence. Il comprend qu’un objet continue d’exister même quand il n’est plus perçu : nous parlons de permanence de l’objet. Si la représentation de la personne existe, la sécurité interne existe.

 

Les  jeux symboliques, de construction et les règles de jeu 

Le jeu symbolique que l’on retrouve vers 2 ans est par exemple l’enfant qui joue au papa et à la maman. Dans ce jeu, l’enfant s’amuse à reproduire les gestes quotidiens qu’il perçoit ou ressent. Il évolue en imaginant des scénarios et des jeux de rôles. Le dessin, le bricolage, la pâte à modeler sont aussi des jeux symboliques.

Le jeu symbolique demande également une maturité psychique. Par exemple, un enfant peut refuser le déguisement. Peut-être acceptera-t-il le déguisement quand il aura la certitude qu’il restera ce qu’il est ?

Ces jeux symboliques amènent l’enfant, vers 2 ½ ans, aux jeux de construction. Le principe essai-erreur que l’on retrouve dans ces jeux développe l’autonomie ainsi que la confiance en soi. Il peut se tromper et réfléchir à une solution.

Les jeux dits obsessionnels, où l’activité est répétée, permettent quant à eux de se sentir en sécurité.

Enfin, les règles du jeu donnent la possibilité de découvrir ses impulsions et se contrôler et donner des limites.

 

Le partage dans le jeu

Entre 18 mois et 2 ans, les tout-petits apprécient de jouer à côté des autres enfants mais en restant sur un jeu individuel. La notion de partage n’est pas encore acquise.

Vers 3 ans, le jeu en groupe apparait même si le tout-petit ne reste pas longtemps à jouer avec d’autres enfants et que les conflits apparaissent. Il est vrai qu’il préfère avoir un seul partenaire de jeu et non de plusieurs autres enfants.

Au fur et à mesure que l’enfant développe son langage et ses habilités sociales, il joue de plus en plus longtemps avec les autres. Progressivement, il accepte de partager. Il peut jouer à des jeux de société, encore avec notre aide, et intégrer les notions de règles simples.

Donc les modalités du jeu évoluent selon que l’enfant grandit. Le jeu se complexifie. Nous retrouvons les jeux sensori-moteur, les jeux symboliques, les jeux de construction et les jeux de règles.

L’activité du jeu peut être autonome ou dans le partage. Chaque jeu a son rythme et sa dimension symbolique.

 

Les jeux éducatifs

Le jeu est en lui-même porteur d’apprentissage. Donc le jouet éducatif n’est pas forcément le plus important pour l’enfant. Le principe du jeu répond au besoin d’exploration. Le support doit permettre de réfléchir, d’imaginer, de bouger, de créer des histoires etc …

Même si on pense à l’apprentissage de l’enfant, le plaisir trouvé dans le jeu doit toujours être présent dans l’activité de votre enfant. Il est essentiel, en tant que parent, adulte, de ne pas habiller les jeux d’objectifs à atteindre.

La dimension ludique est essentielle car elle rassure, elle construit une sécurité intérieure. L’élaboration psychique que permet le jeu est le moyen d’expression par excellence pour l’enfant et cela lui fait beaucoup de bien.

 

Jouer avec l’enfant

Par le jeu, l’enfant peut solliciter le parent. Il n’est pas toujours besoin d’accompagner son enfant dans ses jeux. Toutefois, jouer régulièrement avec l’enfant, même une quinzaine de minutes par jour permet d’avancer les besoins d’attention que peut ressentir tout enfant. De ce fait, il aura moins tendance à vous solliciter continuellement.

Il peut aussi être intéressant de faire participer votre enfant, sous un mode d’amusement, à vos tâches quotidiennes. Intégrer le jeu dans vos tâches, c’est aussi passer du bon temps avec votre enfant.

Laisser l’enfant jouer librement, seul ou avec d’autres enfants, est aussi bénéfique, notamment à partir de 2 ans. Quand vous jouez avec votre enfant, il faut le laisser diriger le jeu et résoudre ses difficultés. Donner de la liberté dans le jeu est important pour sa créativité, son autonomie, sa capacité à résoudre des problèmes.

 

Conclusion

Le jeu est donc une activité essentielle pour le développement global de votre enfant. Nous avons vu que les tout-petits passent du jeu solitaire au jeu parallèle et, enfin, au jeu en groupe. Nous avons survolé l’aspect sensoriel du jeu, symbolique, sa fonction cognitive par les jeux de construction et sécurisant.

Un enfant peut passer d’un jeu d’excitation à un jeu calme, d’apaisement ou encore de groupe. En effet, le jeu libre répond aussi à un besoin pour l’enfant. Il peut décider de son jeu ainsi que de ces modalités de jeux.

Et le jeu n’est pas forcément structuré et éducatif !

Le jeu est « l’espace-temps de l’expérience ». Nous parlons « d’air d’illusion » soit cet espace-temps où l’enfant joue, élabore et dépasse ses difficultés. Donc le jeu est au service de la vie psychique de l’enfant.

Dans les thérapies, l’enfant joue car il s’agit de son langage. Par le jeu, il dévoile ses émotions, inquiétudes et permet l’élaboration psychique. La sécurité interne se voit développée. Le jeu donne la possibilité de se distancer de ses conflits internes, de traverser ses angoisses, d’affronter l’inconnu, de s’adapter, d’aller vers l’autre.

Au final, jouer n’est-ce pas penser, se penser et penser l’autre ?

 

 

Ressources et Références :

http://www.enfant-encyclopedie.com/jeu

https://www.teteamodeler.com/dossier/jeux/jeux.asp

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/jeux/fiche.aspx?doc=ik-naitre-grandir-enfant-bienfait-jeu-jouer

Une réflexion au sujet de « Le développement de l’enfant par le jeu »

Les commentaires sont fermés.